Husky de Sibérie

Le chien des TCHOUKTCHES, originaire de Sibérie orientale, le siberian husky serait apparu il y a 2000 ans av. J.-C., auprès des Tchouktches ou Chukches, un peuple d'origine paléosibérienne. Quoique peu nombreux, ces éleveurs de rennes vivent encore aujourd'hui en semi-nomades, dans une région qui s'étend du fleuve Kolyma à la presqu'île de Tchoukotka, en face de l'Alaska. Dans les conditions particulièrement rudes de l'Arctique, les chiens aident les Tchouktches dans leurs tâches quotidiennes: la chasse, la pêche, la garde et bien sûr la traction des traîneaux lors des déplacements. Les chiots sont les compagnons de jeu des enfants qui les intègrent à la vie familiale et leur font partager l'habitat. En 1867, les États-Unis rachètent l'Alaska aux Russes pour une somme dérisoire. Peu de temps après, des gisements d'or sont découverts déclenchant une véritable ruée. Dans ces contrées enneigées, les traîneaux à chiens sont le seul moyen de transport. Toutes sortes de chiens sont recrutées pour répondre à la demande.

Les premières courses de vitesse sont organisées au début du siècle. Désireux de participer à ces compétitions, un marchand de fourrure russe, William Goosak, importe neuf chiens des Tchouktches en Alaska et les fait participer en 1909 à la mythique Ail Alaska Sweepstakes, longue de 656 Km. Les moqueries des concurrents critiquant l'allure chétive de ses chiens tarissent rapidement. Goosak et sa meute remportent la troisième place. Dès lors, de nombreux chiens sibériens sont importés et des élevages se créent. De compétition en compétition, cette race remporte un tel succès qu'elle ne tarde pas à s'imposer définitivement.

En Alaska, "husky" désigne tous les chiens utilisés pour tracter des traîneaux ou pour chasser le phoque et signifie "enroué". Cette dénomination convient parfaitement au siberian husky. S'il sait hurler à merveille, ce chien ne sait en revanche pas aboyer et se contente d'émettre un son rauque pour communiquer.

En janvier 1925, le village de Nome en Alaska fut victime d'une épidémie de diphtérie. Les 1’450 habitants risquaient tous d'en mourir à moins que des médicaments leurs parviennent d'Anchorage. Le train les rendit jusqu'à Nenana. Restait encore plus de
1'000 kilomètres à franchir. Plusieurs hommes et leurs chiens de traîneaux ont rendu l'impossible possible. Pour plus de 1'000 kilomètres ils n'avaient utilisé que 128 heures,
alors que le transport postal qui faisait le même chemin régulièrement entre Nenana et Nome était en route pendant environ trois semaines!! Ainsi ils ont sauvé 127 vies humaines.

Pour commémorer cet événement, on organise encore de nos jours la plus longue course de traîneaux avec attelages de chiens, l'Iditarod, sur la distance Anchorage-Nome, longue de plus de 1820 km.

En 1930, l'American Kennel Club reconnaît officiellement le siberian husky. L'arrivée de cette race en France en 1972 déclenche un véritable engouement auprès du public. En huit années seulement, sa population grimpe à 25 000 individus. Prisé pour sa beauté sauvage, son look de loup, son "authenticité", il est acheté sans discernement durant une vingtaine d'années par des personnes ignorant tout de ses besoins et de son caractère. Ce succès s'est conclu par une triste affluence des huskies dans les refuges pour animaux. L'élevage intensif qui s'est développé pour répondre à la forte demande a bien sûr nui à la qualité tant physique que psychique des huskies.

Aujourd'hui, au grand bonheur des éleveurs sérieux et passionnés de la race, la "husky mania" s'est atténuée. Le public a enfin pris conscience des impératifs du husky: disposer d'espace, de temps et assurer à cet athlète canin un entraînement quotidien.

 

         

             
             

         

             
             

         

             
             

         

             

 


Page de garde


Husky | Standard | Race |Husky-Liens

Mise à jour: 26.07.2012